Algérie : Issad Rebrab récupère les activités de Hyundai

Le groupe Hyundai Motor Algérie (HMA), pôle automobile du groupe Cevital, appartenant à l’homme d’affaires algérien, Issad Rebrab a officiellement repris ses activités dans le service après-vente (SAV) et la pièce de rechange, a annoncé ce mercredi 15 janvier en conférence de presse, le responsable du pole automobile, Omar Rebrab.

Le patron de HMA Omar Rebrab a déclaré : « Nous allons déployer notre plan étape par étape, et ce, en attendant d’obtenir l’agrément pour la commercialisation des véhicules. Nous reprendrons toutes les activités, mais nous le ferons graduellement ». Selon le planning établi, la reprise de l’activité se fera, dans un premier temps, au niveau de HMA de Oued Smar (Alger), avant que le redéploiement ne touche ses succursales et ses agents implantés à l’échelle nationale.

« On débute la semaine prochaine à HMA de Oued Smar, mais nous avons repris contact avec nos anciens distributeurs. Nous comptons également élargir notre réseau à de nouveaux agents qui voudraient rejoindre HMA » a-t-il indiqué.

Concernant les pièces de rechange, Omar Rebrab a souligné que « Hyundai Motor Algérie continue à importer via les bureaux de liaison coréens et achète de la première et de la deuxième monte, c’est-à-dire de l’original, en attendant de reprendre les relations avec ses partenaires ». 

Omar Rebrab plaide pour la baisse des prix des véhicules

Le patron de HMA Omar Rebrab a critiqué la politique de l’ancien régime dans le marché de l’automobile et dit espérer une baisse des prix des véhicules. «  Nous ne pouvons pas prendre le client en otage. J’espère que nous reviendrons aux grands jours de l’automobile. Après, en termes de vente des véhicules, j’espère que les prix vont de nouveau baisser, car ce n’est pas normal qu’ils soient aussi élevés. On a pris en otage le consommateur. On a créé la pénurie et le monopole pour vendre au prix que chacun voulait sur le marché », a-t-il déclaré. 

Concernant la reprise graduelle des activités de la marque Hyundai, M. Rebrab a indiqué qu’il avait confiance en la justice. « La justice nous a rétablis dans nos droits. Nous avons été pénalisés, à l’instar de la famille Achaïbou (groupe Elsecom, ndlr). Nous avons démarré il y a 20 ans et il fallait développer cette marque, la faire connaître et gagner la confiance du client. Le consommateur et la presse en sont témoins ».

L’Etat compte sur Rebrab et Achaïbou pour relancer le marché de l’automobile

Devant la crise que connaît le secteur automobile, le gouvernement a décidé d’ouvrir de nouvelles pistes pour les investisseurs. En effet, le ministère de l’Industrie a convoqué, hier mercredi 15 janvier les hommes d’affaires intéressés par le secteur et exclus du temps du règne du président déchu Abdelaziz Bouteflika. Il s’agit notamment de Issad Rebrab et Abdelhamid Achaïbou qui ont été indemnisés par la justice lors du procès des oligarques jugés pour corruption dans le dossier de «montage de véhicules ».

Le  nouveau ministre de l’Industrie, Ferhat Aït Ali compte s’appuyer sur ces investisseurs qui ont montré leur sérieux dans les projets qu’ils ont réalisés. Il s’agit de rectifier les injustices que ces investisseurs ont subies après avoir eu gain de cause dans ce procès des patrons des usines de montage. La justice a décidé d’une indemnité de 10 milliards de centimes au profit du groupe Cevital, propriété de la famille Rebrab. Ces derniers se sont plaints d’avoir été spoliés de leur projet de montage automobile en partenariat avec le constructeur sud-coréen, Hyundai.

Dans :

4 Commentaires